Le portrait de Franck, un covoitureur
convaincu !

Bonjour Franck !

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Je m’appelle Franck, j’ai 39 ans, et je travaille chez Dassault à Mérignac.

Plutôt passager ou conducteur ?

Les 2 ! J’alterne avec la personne avec qui je covoiture, je suis donc passager pendant une semaine, puis conducteur la semaine suivante, afin d’utiliser nos véhicules personnels de façon égale.

Depuis combien de temps utilisez-vous Boogi ? Comment avez-vous su que cette application existait à Bordeaux ?

J’ai été muté en septembre sur le siège de Mérignac, et mon entreprise a fait venir plusieurs stands sur les solutions de déplacements pour les nouveaux arrivants (et dans le cadre de la semaine de la mobilité). C’est là où j’ai découvert Boogi ! Puis j’ai entendu une pub de vous à la radio, alors avec une collègue on a décidé d’essayer !

Dans quel contexte utilisez-vous l’application ?

Je covoiture tous les jours, uniquement sur mes trajets domicile-travail le matin très tôt et l’après-midi. Comme nos horaires sont assez matinaux, nous sommes seulement 2, mais cela nous convient car c’est plus facile de s’arranger lorsqu’on on est moins nombreux. Mais si à l’avenir nous participons aux mêmes sorties culturelles proposées sur Ecomobi, peut-être que nous covoiturerons également sur des trajets loisirs !

Que pensez-vous de Boogi ? Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à vous inscrire ?

La première raison, c’est d’abord la convivialité : c’est quand même plus sympa de faire mes trajets à 2 que tout seul en voiture. La deuxième, c’est pour l’économie de l’essence, surtout qu’en alternant 1 semaine sur 2, on voit vraiment la différence. Et puis enfin, je suis engagé contre la pollution générée par les trafics routiers. Il faut être lucide : quand on est sur la rocade, on voit pour 9 cas sur 10 qu’il n’y a qu’une personne dans la voiture, et c’est dommage ! Parce que finalement personne n’aime les bouchons. Donc c’est aussi pour essayer d’éviter la surpopulation sur les routes et de préserver un certain bien-être sur nos trajets. D’autant plus que nous sommes directement concernés sur la zone de l’Aéroparc.

Racontez-nous, comment se passe un covoiturage avec Boogi ?

C’est assez simple finalement. Une fois qu’elle a répondu à mes annonces programmées sur une semaine, je passe chercher ma covoitureuse chez elle le matin, on discute sur le trajet. Le soir, on s’arrange entre nous et on essaie de mutualiser nos besoins : il nous arrive de nous arrêter pour faire quelques courses ou pour déposer du courrier à La Poste !

Votre cadeau Ecomobi favori ? Celui que vous aimeriez avoir ?

Pour être honnête, je n’ai pas encore dépensé mes points car je pensais ne pas en avoir assez pour accéder à quelque chose. Et comme je suis nouveau dans la région, je ne connais pas toutes les offres proposées. Mais je compte y remédier prochainement !

Merci Franck, bon covoiturage avec Boogi !

 

0 Comments

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *